Une drôle de formule fait florès dans les entourages des candidats déclarés ou putatifs pour illustrer la stratégie à suivre… ou à éviter.
"Faire une Hamon", "faire une Fillon", "faire une Macron" : quel est le pire ?

“Faire une Fillon”Lors de la primaire LR de 2016, l’austère François Fillon est longtemps resté sous le radar médiatique, focalisé sur le duel Juppé/Sarkozy. L’ex-Premier ministre a retourné la situation en toute fin de campagne. Un modèle que la droite espère reproduire en profitant du bras de fer Zemmour/Le Pen.“Faire une Macron”La percée fulgurante de l’ancien ministre de l’Économie a contredit bien des logiques préexistantes, l’intéressé n’ayant jamais sollicité de suffrages. À l’instar d’un certain Éric Zemmour, très enraciné dans le « système », mais novice dans le jeu électoral.“Faire une Hamon”Depuis le score désastreux de Benoît Hamon en 2017 (6,4 %), le terme « hamonisation » est entré dans le vocabulaire des politiques, décrivant l’effondrement inexorable d’un candidat de premier plan dans les sondages. Un spectre qui guette déjà la socialiste Anne Hidalgo et, dans une moindre mesure, un candidat LR asséché par Macron et Zemmour. “Faire une Sarkozy”Deux ans et demi après sa défaite à la présidentielle de 2012, Nicolas Sarkozy est revenu en sauveur à la tête de l’UMP, dont il a tenté de faire une rampe de (re-)lancement. Une démarche qui s’est soldée par un échec. De là...

Retrouvez vos produits et commandez en ligne ! High-Tech, Cuisine & Maison et Bien-être, retrouvez nos offres !