Des spécialistes alertent régulièrement sur les risques dans les ports et fermes françaises, liés au stock de ce produit chimique, notamment utilisé dans la fabrication d'engrais.
Explosion à Beyrouth : un an après, quelle sécurité pour les stocks de nitrate d'ammonium en France ?

L'énorme explosion dans le port de Beyrouth, le 4 août 2020, a rappelé celle d'AZF, à Toulouse, en 2001, qui avait fait 31 morts et plus de 2 000 blessés. Dans les deux cas, ce sont des stocks de nitrate d'ammonium qui sont en cause. C'est la matière première utilisée pour fabriqué les engrais appelés "ammonitrates". Depuis, certains spécialistes alertent régulièrement sur les risques en France liés à ces produits et leurs dérivés. Ils déplorent des mesures de sécurité qui restent insuffisantes.

Commémoration un an après l'explosion au port de Beyrouth, suivez notre direct

Un rapport commandé par le gouvernement et rendu en mai dernier est d'ailleurs venu alimenter ces craintes. Selon les experts, l'explosion de Beyrouth reste peu vraisemblable en France. Mais ils ont constaté que des stocks d'ammonitrates passaient complètement sous les radars : "Le Havre et Rouen, qui sont des grands ports maritimes, n'ont pas le droit d'importer des engrais à base de nitrate d'ammonium à haut dosage et en vrac, explique Jacky Bonnemains, de l'association environnementale Robin des Bois. Mais des petits cargos fluviaux, maritimes, passant sous les ponts de Rouen,...

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >