Le directeur de l'Institut Issam Farès de l'université américaine de Beyrouth place ses espoirs dans la société civile et des élections législatives prévues au printemps prochain. Il espère que "la douleur" sera "un adjuvant" pour construire "une force politique de substitution". 
Explosion à Beyrouth : "Le pouvoir politique est un barrage à l'élucidation de la vérité", dénonce le politologue Joseph Bahout

"Le pouvoir politique est non seulement un barrage à l'élucidation de la vérité, mais il est très largement responsable de l'importation des explosifs, et surtout coupable par sa négligence volontaire" avant et après l'explosion dans le port de Beyrouth, déclare mercredi 4 août sur France Inter Joseph Bahout, politologue, directeur de l'Institut Issam Farès de l'université américaine de Beyrouth.

Un an après l'explosion meurtrière, "l'enquête n'a pratiquement pas avancé d'un pouce", dénonce le politologue. "Non seulement elle n'avance pas, mais pratiquement à chaque fois qu'un juge avance d'un mètre les autorités politiques s'arrangent pour torpiller l'enquête et le juge ou pour protéger les coupables présumés en arguant d'immunité parlementaire, d'immunité administrative ou autre, donc on est dans un crime à répétition", poursuit-il.

Des secouristes envoyés "sciemment à la mort"

Joseph Bahout estime que les questions autour du stockage de nitrate et de l'explosion d'août 2020 n'ont pas été élucidées, à commencer par la cause exacte de l'explosion. Il assure que "les autorités ont reçu des rapports successifs" sur le stockage de ces produits...

Participez à notre grand jeu de l'été ! Remportez des chèques cadeaux d'une valeur de 500 € et un mois gratuit à notre offre de divertissement Hedony !