Le candidat à l'investiture Les Républicains pour la présidentielle, qui estime que le droit français doit primer sur les décisions des juges européens en matière d'immigration, a tancé le gouvernement polonais… car celui-ci conteste la suprématie des traités européens sur sa constitution.
Européiste avec la Pologne, souverainiste pour la France : le drôle de jeu de Michel Barnier

« Patriote et européen » à la fois, se réclamant du gaullisme comme de l'Union européenne (UE) : en quelques semaines, Michel Barnier a offert une synthèse des ambiguïtés et des faux-semblants qui traversent son parti politique, Les Républicains (LR). Celui qui fut le négociateur européen pour le Brexit avait surpris son monde, début septembre, en lançant un appel à restaurer la souveraineté nationale française sur les questions migratoires ; revenu à une posture plus traditionnelle pour lui, il vient de tancer le gouvernement polonais, engagé dans un bras de fer avec la Commission européenne, quitte à désorienter les observateurs.Rappel des faits : les nationalistes conservateurs du parti Droit et justice (PiS), au pouvoir en Pologne, cherchent à restreindre l'indépendance de la justice, qu'ils jugent corrompue et hostile. Les juges polonais répliquent depuis plusieurs années en brandissant des arrêts de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE), qui leur est favorable. Pour les mettre au pas, le PiS s'est appuyé sur le Tribunal constitutionnel, juridiction suprême à la tête de laquelle il a placé des affidés. L'organe a rendu un arrêt on ne peut plus clair ce jeudi...

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >