Après un parcours sans faute en phase de groupes, l'équipe de France de volley dispute aujourd'hui à Nantes son huitième de finale contre la Finlande. Avec, pour l'instant, un bilan contrasté en termes d'audience.
AFP

Le premier étage de la fusée est lancé, et le décollage s’est fait sans encombres. L’équipe de France de volley a franchi le premier tour de « son » Euro 2019 – disputé notamment dans l’Hexagone – et poursuit sa route dans la compétition. Invaincus après cinq matchs, les Bleus menés par Laurent Tillie affrontent la Finlande, samedi 21 septembre à Nantes (19 h 30) en huitièmes de finale.

« C’est un peu moins alambiqué que d’habitude, il n’y a que des matchs-couperets à partir des huitièmes », assurait le sélectionneur français avant la compétition. Beauté d’une formule aussi confuse que simple : si tous les matchs à venir sont éliminatoires, définir l’adversaire des Bleus en huitièmes s’est avéré complexe. En raison d’un Euro organisé par quatre pays (France, Slovénie, Pays-Bas et Belgique), chaque organisateur était assuré, en cas de qualification, d’un huitième à domicile. D’où un jeu de dominos pour placer chaque équipe au bon endroit.

La logique sportive ayant été respectée, la Turquie et la Finlande ont pris les troisième et quatrième places du groupe C (celui de la Slovénie) et...

Vidéo : La Française des jeux enclenche officiellement son processus de privatisation