La pandémie du Covid-19 est, selon Elisabeth de Castex, un brutal retour à la réalité pour les défenseurs du transhumanisme. Sans qu'elle donne pour autant raison aux technophobes.
#EtAprès. Sans la démocratie, les technosciences mobilisables contre le coronavirus n’accompliront que le pire de nos cauchemars

Coronavirus : et après ? franceinfo ouvre le débat. Un échange à grande échelle pour stimuler et partager des questions, des idées, des témoignages et ouvrir le débat le plus largement possible sur les solutions de demain : #EtAprès, qu’est-ce qui doit changer ? Cette contribution de la Fondation pour l'innovation politique est signée par Elisabeth de Castex, docteure en science politique.

#EtAprès. Le "transhumanisme à l’épreuve du pangolin", persiflent certains, ironisant sur la vanité de croire en l’imminence d’une Humanité 5.0, en l’avènement d’humains hybridés avec toutes sortes d’intelligences artificielles, plus ou moins invincibles, immortels et, dans tous les cas, bienheureux, alors que les technologies restent aujourd’hui incapables de stopper la prolifération d’un virus tueur, surgi d’un étrange animal au look préhistorique. Le transhumanisme à l’épreuve du pangolin, c’est en fait le transhumanisme à l’épreuve du réel.

Les auteurs du courant de pensée transhumaniste ne s’interdisent a priori aucun recours à la technologie, quel que soit le moyen utilisé, pour améliorer l’existence des humains : génétique,...

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !