PROTESTATION - Depuis 10 jours, l'Équateur est en proie à des heurts violents entre forces de l'ordre et manifestants, hostiles à des réformes négociées par le gouvernement contre un prêt du FMI. Alors que les violences ont fait cinq morts et 2000 blessés, la principale organisation indigène a accepté le dialogue proposé par le président.
Équateur : couvre-feu décrété après 10 jours de crise violente, le mouvement indigène accepte le dialogue

Au onzième jour de crise en Équateur, la principale organisation indigène a accepté, samedi 12 octobre, de dialoguer avec le président Lenin Moreno, ce qui n'empêche pas les violences de se poursuivre. Le chef d'État équatorien a décrété un couvre-feu dans la capitale, Quito, et ses alentours, désormais sous contrôle militaire. Dans la journée, des manifestants encagoulés ont mis le feu et saccagé le bureau de l'Inspection générale des finances dans le nord de Quito. Cette attaque d'un bâtiment officiel est le dernier épisode de la vague de protestation provoquée par des réformes économiques négociées par le gouvernement équatorien en échange d'un prêt du FMI. En dix jours, les heurts ont fait cinq morts et 2.000 blessés. Lundi 7 octobre, le siège du gouvernement avait été transféré à Guayaquil (sud-ouest), tandis que l'état d'urgence avait été décrété pour 60 jours et que 74.000 militaires et policiers avaient été (...)

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !