La présidente du Comité paralympique et sportif français croit en l'héritage fort des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024.
ENTRETIEN. J-1000 Paralympiques de Paris 2024 : "Il faut permettre à plus de personnes en situation de handicap de s'engager dans le haut niveau", affirme Marie-Amélie Le Fur

Un mois après le J-1000 des Jeux olympiques de Paris 2024, place au même décompte pour les Jeux paralympiques. A cette occasion, Marie-Amélie Le Fur, présidente du Comité paralympique et sportif français (CPSF), revient pour franceinfo: sport sur les objectifs fixés par le sport paralympique français aux Jeux de Paris, tant sur le plan sportif que sur celui de l'héritage.

En ce jeudi 2 décembre, nous sommes à J-1000 des Jeux paralympiques de Paris 2024, les premiers organisés en France. C'est une date importante pour vous.

Marie-Amélie Le Fur : Oui en effet. Il y a beaucoup d'attentes autour de la structuration de la haute performance du mouvement paralympique, avec une volonté et une ambition d'être conquérant et de gagner des médailles. On veut que ces Jeux de Paris soient le support d'un accompagnement, d'un véritable modèle de développement de la pratique para-sportive.

On le voit, il y a eu une prise de conscience de la nécessité d'investir le champ paralympique, d'accompagner la détection des athlètes et les questions de la science et de la data dans le haut niveau paralympique. On espère qu'à travers ces Jeux, nous aurons un héritage sur le volet...