En pleine crise sanitaire, le gouvernement annonce une réforme de la gestion des chèques-vacances. Un établissement public les gère depuis 1982, mais des opérateurs privés, déjà présents sur le secteur du titre-restaurant, convoitent ce nouveau marché.
ENQUETE FRANCEINFO. Quand les opérateurs privés lorgnent le monopole des chèques-vacances

Chaque année, 4,5 millions de salariés et fonctionnaires bénéficient de chèques-vacances, ce qui représente 11 millions de personnes avec leurs familles. Le système repose sur l’épargne des fonctionnaires ou des salariés d’un côté, et une contribution de l’employeur de l’autre. "Un euro épargné par un salarié ou un agent public pour ouvrir un plan d’épargne chèque-vacances correspond, par effet de levier, à trois euros dépensés ensuite sur le territoire, explique le représentant FSU au conseil d’administration de l’Agence nationale pour les chèques-vacances (ANCV), Youssef Choukri. C’est donc un cercle vertueux."

Au total, le montant des titres émis par l'ANCV s’élève, chaque année, à 1,7 milliard d’euros, qui sont ensuite dépensés chez 210 000 professionnels du tourisme. "Cet argent suscite beaucoup d’appétit, souffle un acteur du secteur. Tout le monde voudrait une part du gâteau." Et notamment les opérateurs privés déjà présents sur le marché du ticket restaurant ou des bons cadeaux comme Sodexo, Endered (ex-Accor Services), Natixis et le groupe Up. "Cela fait plusieurs années que certains opérateurs privés font un...

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !