Depuis 1948, la baisse des inégalités s'apparente à un phénomène de convergence qui touche la plupart des départements, expliquent, dans une tribune au « Monde », les chercheurs Hippolyte d'Albis, Florian Bonnet et Aurélie Sotura.
« En France, les inégalités interdépartementales de revenus n’ont jamais été aussi faibles »

Tribune. Les résultats électoraux et mouvements sociaux récents de plusieurs pays développés ont suscité un intérêt grandissant pour la question des inégalités spatiales. On entend souvent dire que les métropoles se sont bien remises de la crise financière de 2008, tandis que les territoires moins denses continuent de souffrir des conséquences de la récession. Ces territoires, pénalisés par la double érosion de leur population et de leurs services publics et de proximité, sont souvent présentés comme toujours plus éloignés des territoires abritant les grandes métropoles.

Dans un travail récent, nous avons souhaité mettre cette évolution en perspective par une reconstitution inédite des inégalités interdépartementales de revenu depuis 1922. L’échelle du département est utile et pertinente. Utile, car, depuis la création des départements en 1789, leur périmètre est relativement stable. Ce qui facilite la comparaison historique des données statistiques qui leur sont associées. Pertinente, car c’est à cet échelon que se déploient les politiques de développement territorial en lien avec la solidarité nationale. Mais aussi du fait...

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !