En déplacement à Nantes et Rennes pour vanter la « différenciation », le premier ministre n'a pas dit un mot sur l'affaire Benalla.

« Ce n’est pas spectaculaire, mais c’est important. » A Nantes puis à Rennes, vendredi 8 février, Edouard Philippe n’a pas fait de jaloux, il a délivré le même message dans les deux villes. Au point de commettre un lapsus en donnant du « Mme la présidente de Bretagne » à Christelle Morançais… présidente des Pays de la Loire.

L’affaire du jour, « moins violente, moins dynamique, moins provocante que les images dont nous nous abreuvons parfois jusqu’à plus soif » sur les chaînes d’information en continu, déplore le premier ministre, c’est la signature du « contrat d’avenir Pays de la Loire » et du « pacte d’accessibilité pour la Bretagne ». Deux plans déclenchés suite à l’abandon du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, en janvier 2018. Du « concret », du « structurant », à « hauteur d’homme », comme il dit, avec moult projets de constructions de voies ferroviaires, de prolongements de routes, de réaménagement d’aéroports.

« Cousu main »

Publicité

Dans cette dynamique, la Bretagne jouit d’une avancée particulière. Le chef du gouvernement est en effet venu signer, sous les yeux de son ministre...

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :