Le pays veut abandonner la filière charbon d'ici à 2038, afin d'atteindre ses objectifs climatiques. La mise en service d'une centrale thermique flambant neuve souligne les paradoxes de ce gigantesque défi.
En Allemagne, une sortie du charbon toute en contradictions

Dans la région industrielle de la Ruhr, il souffle un vent de discorde chargé de gaz à effet de serre. Samedi 30 mai, plusieurs centaines de militants écologistes ont convergé vers le site de la centrale à charbon de Datteln 4, non loin de Dortmund, pour protester contre la mise en service, prévue le même jour, de cette installation d’une capacité de production de 1 100 mégawatts.

Pour le groupe Uniper, propriétaire du site, le démarrage de Datteln 4 signe le dénouement d’un feuilleton qui n’a que trop duré. En effet, le début d’exploitation de cette centrale, qui lui a coûté 1,5 milliard d’euros et a été cofinancée notamment par BNP Paribas et Société générale, était initialement prévu pour 2011, mais il avait été repoussé pour des raisons techniques. Puis, après que le gouvernement allemand eut pris, début 2019, la décision de sortir du charbon à l’horizon 2038, de nombreuses voix avaient exigé l’abandon de ce projet énergétique jugé anachronique. Mais Uniper a tenu bon.

« Une provocation »

Les partisans de la nouvelle installation assurent aussi que, du fait de sa modernité, elle aidera...

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !