Entre assurances et incertitudes, l'équipe de France et son sélectionneur joueront un peu plus que leur année à l'Euro 2020, écrit notre chroniqueur Jérôme Latta.
« En 2020, le destin des Bleus sera plus que jamais lié à celui de Didier Deschamps »

CHRONIQUE. Le statut de champion du monde ne présente pas que des avantages, la plus grande probabilité étant celle d’en déchoir. Il arrive même que ce soit avec autant de fracas que, dernièrement, l’Allemagne ou l’Espagne. Ce statut peut donner aux autres des craintes et à soi quelques assurances, mais le tenant est toujours attendu au tournant – dans l’espoir de sa chute.

Ce que l’équipe de France réalisera à l’Euro, en juin-juillet, déterminera aussi bien le regard sur son passé récent que sur son futur proche. Après s’y être qualifiée sans briller ni faillir (hormis en Turquie), puis avoir subi un tirage au sort qui l’envoie dans un « groupe de la mort » en compagnie de l’Allemagne et du Portugal, évaluer ses chances n’est pas simple.

Usure et renouvellement

Derrière le prodige Kylian Mbappé, en bonne forme, l’état des troupes est nettement plus mitigé. Le quintessentiel Antoine Griezmann est en souffrance à Barcelone. Cela le rendra plus revanchard, mais les blessures ou la situation en club d’autres cadres inquiètent, de Paul Pogba à Olivier Giroud en passant par Hugo Lloris, Lucas Hernandez ou Samuel...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !