La voiture d'une habitante du Nord a été saisie lors d'une enquête. Depuis, c'est la PJ de Versailles qui l'utilise mais la carte grise est toujours à son nom.

"Je pleure tout le temps, je le vis très mal" : une habitante du Nord, qui s'est vue confisquer son véhicule en 2015 dans le cadre d'une enquête, reçoit depuis contravention sur contravention. La voiture avait été remise à la police judiciaire de Versailles qui l'utilise mais la carte grise est toujours au nom de la jeune femme. Elle se retrouve aujourd'hui avec plus de 6 000 euros d'amendes sur les bras, des saisies sur salaire et des frais bancaires.

Elle doit emprunter pour rembourser

"La semaine dernière on m'a retiré 2 000 euros", raconte cette jeune femme qui a préféré garder l'anonymat. Elle assure gagner un Smic et ne plus s'en sortir financièrement à cause de cette affaire. "Mon père me prête de l'argent, je suis tout le temps en train de demander à tout le monde. Combien de temps ça va prendre pour qu'on me rembourse tout ça ?", questionne-t-elle.

Son avocate envisage d'assigner l'État

L'affaire commence en 2015, lorsque la voiture de la jeune femme est confisquée dans le cadre d'un trafic de stupéfiants à Valenciennes. L'enquête vise l'un de ses frères. "Cette dame a fait parfois l'objet de traitements de défaveur, estime son avocate. Je pense...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !