Editorial. Avec le rejet de la candidature de Sylvie Goulard, que le chef de l'Etat avait proposée au poste de commissaire européen, le Parlement européen a infligé au président français une leçon de morale et de politique.
Echec de Sylvie Goulard à la Commission européenne : les leçons d’un camouflet pour Emmanuel MacronAFP

Editorial du « Monde ». Cinq mois après la campagne des élections européennes au cours de laquelle il s’était présenté comme le rénovateur de l’Europe, Emmanuel Macron subit un sérieux camouflet. Le rejet, jeudi 10 octobre, de la candidate qu’il avait proposée au poste de commissaire européen a été sans appel. Par 82 voix contre 29 et une abstention, les eurodéputés ont estimé que Sylvie Goulard n’était pas apte à occuper la fonction qui avait pourtant été taillée pour elle : l’ancienne eurodéputée, ancienne ministre de la défense, devait gérer l’important portefeuille regroupant le marché intérieur, l’industrie, la défense, l’espace, le numérique et la culture. Il n’en sera rien.

Avec cette candidature, Emmanuel Macron a joué avec le feu et il a perdu. Sylvie Goulard avait pour elle quatre atouts : une compétence européenne unanimement reconnue, un carnet d’adresses fourni, un pouvoir d’influence certain. Nec plus ultra : elle entretenait une relation de confiance avec les Allemands, et notamment avec la nouvelle présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen.

Un faux pas qui fragilise la...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !