Les deux hommes seraient à l'origine d'une coupure de courant dans une usine classée Seveso. 
Dordogne : deux agents d'Enedis, dont un adhérent CGT, en garde à vue après une coupure d'électricité

Deux agents d'Enedis en garde à vue dans le cadre d'une enquête pour "mise en danger de la vie d'autrui", a appris mercredi 22 janvier France Bleu Périgord auprès du parquet de Périgueux. Ils sont soupçonnés d'avoir participé à la coupure d'électricité à l'entreprise Interspray, classée Seveso, de Neuvic le 10 janvier.

L'un des deux hommes est un adhérent de la CGT. Les deux agents d'Enedis ont été interpellés mercredi matin à leur domicile, ils sont depuis à la gendarmerie de Neuvic.

L'entreprise avait porté plainte

La coupure du 10 janvier avait duré trois heures et avait eu comme conséquences notamment l'arrêt de la ventilation dans l'entreprise de cosmétiques qui utilise des produits chimiques. L'entreprise avait porté plainte.

Un rassemblement de soutien aux deux agents s'est organisé devant la gendarmerie jeudi en fin de matinée. Une cinquantaine de personnes, militants de la CGT, de FO et "gilets jaunes" se sont réunis. Parmi eux, Francis Dezile, secrétaire général CGT Energie 24, qui dénonce un durcissement des réactions face au mouvement social. Il estime que c'est la première fois que des membres de la CGT sont placés en garde à vue...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !