Quelques centaines de millions de doses y parviennent via le mécanisme Covax, "mais ce n'est pas du tout à la hauteur de ce qu'il est nécessaire de livrer dans ces pays", selon la co-directrice de l'Observatoire de la santé mondiale, Nathalie Ernoult.
Dons de vaccin aux pays pauvres : "On a été habitués à beaucoup d'effets d'annonce" qui "peinent à se traduire dans les faits", estime une spécialiste

"On a été habitués à beaucoup d'effets d'annonce de la part des chefs d'Etat" qui "peinent à se traduire dans les faits", commente la chercheuse à l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris) et co-directrice de l'Observatoire de la santé mondiale Nathalie Ernoult ce dimanche sur franceinfo, alors qu'Emmanuel Macron a annoncé que la France allait doubler les dons de vaccins aux pays pauvres, en passant de 60 millions à 120 millions de doses offertes. Selon la spécialiste, ce genre d'annonce au niveau national "signe l'échec" du Covax et donc de la solidarité internationale.

franceinfo : Emmanuel Macron a annoncé que la France allait doubler le nombre de doses de vaccin données aux pays pauvres. Qu'en pensez-vous ?

Nathalie Ernoult : C'est plutôt positif. Bien évidemment, cela répond à un besoin, parce que le mécanisme international qui avait été créé, qui s'appelle Covax, dont la France faisait partie, n'a pas réussi à acheter les doses pour les redistribuer aux pays. Elle est obligée aujourd'hui de dépendre de ces dons de doses, notamment pour les pays à bas revenu. Donc c'est une bonne mesure qui, malgré tout, signe l'échec de ce...

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >