Les sénateurs ont voté une motion, jeudi soir, visant à annuler la déclaration d'urgence nationale du président américain, qui doit lui permettre de contourner le Congrès pour financer son mur à la frontière avec le Mexique.

La défense des équilibres constitutionnels a poussé un nombre suffisant d’élus républicains à rejoindre leurs collègues démocrates, jeudi 14 mars, au Sénat des Etats-Unis. Douze sénateurs conservateurs ont en effet approuvé une motion (par 59 voix contre 41) visant à annuler la déclaration d’urgence nationale de Donald Trump, qui doit lui permettre de contourner le Congrès pour financer son projet de « mur » à la frontière avec le Mexique.

Publicité

En retirant au Congrès « le pouvoir de la bourse », qui figure à l’article 1 de la Constitution américaine, par sa décision de réaffecter les fonds déjà votés pour d’autres usages par les deux Chambres, Donald Trump s’exposait à des accusations d’abus de pouvoir. Des accusations délicates pour le Parti républicain, qui s’était opposé méthodiquement par le passé, non sans succès, aux décrets pris par le prédécesseur démocrate du milliardaire, Barack Obama, dans le domaine de l’immigration ou de la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre.

Publicité

« Monarque »

A l’époque, le sénateur républicain du Texas, Ted Cruz, qui ne jure que par la défense de la Constitution,...

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :