Marianne Rostan, l'avocate d'un groupe de plaignants, a jugé sur franceinfo que les autorités ne faisaient pas de cette dispariation une "priorité". 

Un mois après la disparition de Steve Maia Caniço, la maire de Nantes, Johanna Rolland, a demandé des explications au ministère de l'Intérieur et 85 personnes ont déposé une plainte collective contre X pour "mise en danger d'autrui" et "violences volontaires par personnes dépositaires de l'autorité publique". Leur avocate, Marianne Rostan, a expliqué à franceinfo que "ce n'est pas une priorité, ça me semble assez évident au regard de l'absence de réactions et de communication du côté des pouvoirs publics".

"On tourne en rond"

Selon l'avocate, "on n'a pas l'impression que ce soit une affaire qui leur semble très grave ou très sérieuse. J'espère que le déroulement des investigations va faire prendre conscience de la gravité de ce qu'il s'est passé le soir du 21 juin à Nantes". Selon elle, "on tourne un peu en rond. Pour l'instant, il y a eu assez peu de réactions politiques et d'informations communiquées de la part du parquet. C'est peut-être pour ça que la maire a décidé de s'adresser à Christophe Castaner".

La volonté des proches de Steve et de toutes les personnes présentes est de continuer à se mobiliser jusqu'à ce qu'on obtienne des réponses...

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Vidéo : Impressionnante sortie de piste d'un avion de la Patrouille de France