Deuxième vague: le vrai test de responsabilité

Ce vendredi, à minuit, l’état d’urgence sanitaire, décrété le 23 mars, s’achève. Au même moment, en écho à l’OMS, les infectiologues les plus réputés multiplient les mises en garde contre un risque de reprise de la pandémie. Gare à l’abandon trop rapide des gestes barrière, avertissent-ils. Leur cri d’alarme cache sans doute une peur plus profonde : et si la fin du régime d’exception était incompatible avec un vrai contrôle de l’épidémie de Covid-19 ? Ce sera la question de la rentrée quand, l’automne venu, montera l’angoisse de la deuxième vague.

A tout moment, par décret, le gouvernement peut interdire les rassemblements, contraindre les transports. Mais sera-t-il en capacité de le faire ? A coup sûr, les citoyens n’accepteront plus sans barguigner de nouvelles règles attentatoires à leurs libertés – imagine-t-on une rentrée sociale privée de ses manifestations ? L’économie ne supporterait pas davantage une paralysie imposée, alors que déjà les plans sociaux s’enchaînent. Pour ne pas parler du décrochage scolaire ou de la fermeture des frontières. Le Premier ministre ne l’ignore pas qui écarte tout retour...

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !