Les deux manifestants arrêtés samedi 16 novembre font l'objet de poursuites administratives, décidées par le préfet de police de Paris.
Deux « gilets jaunes » belges placés en centre de rétention administrative malgré leur relaxeAFP

Deux ressortissants belges ont été arrêtés samedi, en marge de la mobilisation parisienne pour le premier anniversaire de la mobilisation des « gilets jaunes », alors qu’ils s’apprêtaient à rentrer en Belgique. Placés en garde à vue, Michel (le prénom a été modifié) et Jessica, qui ne se connaissaient pas avant le rassemblement, ont été relaxés sans qu’aucune charge ne soit retenue contre eux.

Si l’affaire judiciaire est close, le dossier administratif, lui, est toujours en cours. La Préfecture de police de Paris a en effet réclamé, et obtenu, le placement en centre de rétention administrative (CRA) des deux ressortissants belges. Une mesure assortie d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF) au motif que les deux prévenus représenteraient une « menace à l’ordre public », l’un des motifs invocables en cas de demande de quitter le territoire, selon le code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (Ceseda).

Leurs avocats, Raphaël Kempf et Adrien Mamère, estiment que ce motif est « disproportionné », rappelant que leurs clients, jugés en comparution immédiate, n’ont fait...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !