INTERVIEW - Des statues de figures historiques associées à la colonisation ont été prises pour cibles et déboulonnées par des manifestants en marge de la mobilisation en hommage à l'Américain George Floyd. Un phénomène qui touche les Etats-Unis et l'Europe. Quel en est le sens ? L'éclairage du sociologue Michel Wieviorka, directeur d'études à l'EHESS.
Des statues abattues au nom de l'antiracisme : "Cela peut être le point de départ d'un débat"

Aux Etats-Unis comme en Europe, leurs statues sont renversées les unes après les autres. Des soldats sudistes de la guerre de Sécession à l'impérialiste britannique Cecil Rhodes, en passant par le roi Leopold II de Belgique et Christophe Colomb, des figures associées au colonialisme ou à l'esclavage ont été prises pour cibles ces derniers jours en marge des mouvements rendant hommage à George Floyd, tué fin mai par un policier du Minnesota. 

Au Royaume-Uni, une statue de Churchill a même été prise pour cible, le célèbre homme d'Etat étant taxé de racisme. En France, des militants ont réclamé, samedi 6 juin, la chute d'un monument célébrant Colbert, ministre emblématique de Louis XIV, associé par eux à l'esclavagisme. D'où vient ce mouvement et quelle est sa finalité ? Nous avons demandé son éclairage au sociologue Michel Wieviorka, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS), auteur, notamment, de La France raciste (Seuil (...)

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !