Le leader de l'Union pour la République et la démocratie, le principal parti d'oppositon malien, est aux mains de ses ravisseurs depuis le 25 mars 2020. 
Des politiques et des intellectuels africains appellent à libérer l'opposant malien Soumaïla Cissé enlevé dans son pays

Plusieurs personnalités africaines du monde de la politique et de la société civile ont appelé à la libération de l'opposant malien Soumaïla Cissé, président de l'Union pour la République et la démocratie (URD), enlevé le 25 mars 2020 au Mali. Il était en campagne pour les législatives dont les deux tours (29 mars et 12 avril 2020) ont été maintenus en dépit de la pandémie liée au Covid-19.

L'appel, daté du 22 avril et lancé à l'initiative de l'ancien ministre malien de la Justice Me Mamadou Konaté, a été notamment signé par l'ancien maire de Dakar Khalifa Ababacar Sall, le chef de file de l'opposition burkinabè Zéphirin Diabré, le principal opposant guinéen Célou Dalein Diallo, l'ancien Premier ministre centrafricain Martin Ziguélé, l'adjointe au maire d'Evreux Coumba Dioukhane, l'écrivain guinéen Tierno Monénembo, l'économiste togolais Kako Nubukpo ou encore l'avocat français Me William Bourdon.

Un appel de quarante personnalités africaines pour la libération de Soumaïla Cissé https://t.co/rjP0CTUgjh via @RFI

— Mamadou Ismaila KONATE (@vieuxmko) April 23, 2020

"Aucune revendication" des ravisseurs

Le document souligne l'inquiétude...

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !