"On a voulu jeter son honneur en pâture sur les réseaux sociaux", a estimé le parlementaire Bruno Questel.
Des "attaques pas dignes de notre démocratie" : la majorité fait bloc autour de Benjamin Griveaux après son renoncement aux municipales

Bruno Questel, député La République en marche (LREM) de l'Eure a dénoncé vendredi 14 février sur franceinfo "ce nouveau cap qui est franchi dans la République française en termes d'ignominie et de saloperie", après la décision de Benjamin Griveaux de renoncer à briguer la mairie de Paris. Des vidéos à caractère sexuel, attribuées à Benjamin Griveaux mais non authentifiées à cette heure, ont été diffusées sur internet.

Suivez les dernières informations après le retrait de Benjamin Griveaux aux municipales à Paris

"Les vidéos, quelles qu'en soient la nature, la véracité, ont un caractère intime. Cela ne regarde personne. On a voulu jeter son honneur en pâture sur les réseaux sociaux", a réagi Bruno Questel.

"Nous nous battrons jusqu'au bout"

Olivia Grégoire, députée LREM de Paris, vice-présidente de la Commission des finances de l’Assemblée nationale, s'est dite sur franceinfo "vraiment très inquiète" car, selon elle, "ce qui se passe est grave sur le plan de la démocratie". La députée se veut malgré tout combattive en vue des municipales : "Nous allons trouver une solution. La République en marche est forte. La République en marche est...

Aidez Unicef à venir en aide aux enfants démunis ! Découvrez le leg

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !