Déjà soupçonné de sept cas d'empoisonnements de patients, un anesthésiste de Besançon est interrogé sur 50 autres dossiers.Il était déjà mis en examen pour sept cas d'empoisonnement de..

Déjà soupçonné de sept cas d'empoisonnements de patients, un anesthésiste de Besançon est interrogé sur 50 autres dossiers.

Il était déjà mis en examen pour sept cas d'empoisonnement de patients : mardi, le docteur Frédéric Péchier a été placé en garde à vue, interrogé désormais sur une cinquantaine d'incidents médicaux suspects qui pourraient donner une toute autre dimension à cette affaire. Depuis son placement en garde à vue, mardi à 09H00, le médecin-anesthésiste de Besançon répond au feu roulant des questions des enquêteurs de l'antenne de police judiciaire de la ville. En mars 2017, mis en examen pour les sept premiers empoisonnements, ce praticien réputé avait été laissé en liberté en dépit des lourdes charges qui pesaient sur lui. Clamant son innocence, il avait toutefois été placé sous contrôle judiciaire, frappé d'une interdiction d'exercice.

Publicité
Publicité

Mais à la même époque, le parquet de Besançon avait ouvert discrètement une enquête préliminaire visant d'autres faits : une cinquantaine de signalements d'"événements indésirables graves" (EIG) survenus dans les cliniques où l'anesthésiste exerçait. Ce sont ces cas sur lesquels il est désormais interrogé, sa garde à vue de 24 heures étant susceptible d'être prolongée d'autant mercredi matin par le parquet. A l'issue, et si les charges se confirmaient, le parquet pourrait délivrer un réquisitoire supplétif pour joindre cette enquête préliminaire à la première...

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :