CONTROVERSE - Une proposition de résolution contre l'antisémitisme a été adoptée mardi par les députés à l'Assemblée nationale. Une adoption qui s'est faite dans la douleur, de nombreux députés, jusque dans la majorité, ne cachant pas leur malaise vis-à-vis de la nouvelle définition de l'antisémitisme préconisée dans ce texte.
Définition de l’antisémitisme : adoption dans la douleur d’un texte à l’Assemblée nationale

L’Assemblée nationale a vécu une journée mouvementée ce mardi. Après l’adoption quelques heures plus tôt du projet de loi de financement de la Sécurité sociale, l’hémicycle s’est de nouveau agité au moment d’évoquer une proposition de résolution LREM contre l’antisémitisme, un autre sujet sensible selon nombre de parlementaires. Ainsi, le texte, sans valeur contraignante, a-t-il été adopté à une courte majorité dans des rangs clairsemés, par 154 voix pour (LREM et Les Républicains essentiellement), 72 contre (à gauche) et 43 abstentions. Preuve supplémentaire du malaise présent à l’Assemblée, 26 députés "marcheurs" se sont prononcés contre - un record dans la majorité depuis les 9 voix contre l’accord de libre-échange Ceta - et 22 se sont abstenus. Mais pourquoi cette défiance et ces débats passionnés ce mardi au Palais Bourbon ? Parce que le texte proposé par le député LREM Sylvain Maillard proposait de reprendre la (...)

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !