Avec « Debout les femmes », plaidoyer pour ces métiers du lien oubliés et perpétuellement dévalorisés, François Ruffin coiffe fièrement sa double casquette de député-cinéaste et signe un documentaire explosif, mais surtout profondément humain. Une entreprise de « politique au cinéma » qui rappelle la périlleuse nécessité de certains combats.
"Debout les femmes", de François Ruffin : les premières de corvée en tête d’affiche

Amiens, Picardie, un de ces matins d’hiver familiers – petits yeux, fumée du café salvateur, corps qu’on devine engourdis. Pour sa mission d’information parlementaire sur les métiers du lien, François Ruffin auditionne des AESH [Accompagnants d’élèves en situation de handicap]. Face à lui, des femmes qui racontent : l’amour qu’elles portent à leur métier, la gratitude de certains parents et enseignants, les précieux liens tissés avec les enfants… et l’envers du décor, les fins de mois angoissantes et l’absence totale de reconnaissance de l’Éducation nationale, que toutes les joies du quotidien ne pourront jamais pallier. Dans leur regard, une détermination puissante, née de cette certitude de leur utilité, de l’importance de ce lien social qu’elles contribuent à faire perdurer. Et pourtant, face à l’impossibilité d’envisager un futur stable, la plupart – malgré ce qu’elles n’hésitent pas à qualifier de « vocation » – envisagent une reconversion.C’est cette aberration que François Ruffin et Gilles Perret ont souhaité dénoncer dans Debout les femmes, en rappelant la nécessité de revaloriser ces métiers du lien et combattre la précarité qui les caractérise. Un documentaire social...

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >