Alors que le président algérien examinerait la possibilité d'une grâce présidentielle, Karim Tabbou ne lâche rien et dit sa confiance dans l'émergence d'une "vraie nouvelle Algérie".
De sa cellule, Karim Tabbou, figure du Hirak, appelle les Algériens à "garder espoir"

L'opposant algérien Karim Tabbou, figure du mouvement populaire de contestation (Hirak), exhorte ses compatriotes, dans une lettre écrite en prison, à "garder espoir" et dénonce durement un régime "en décomposition". La lettre de M. Tabbou, relayée mercredi 3 juin par plusieurs sites d'information bloqués ces dernières semaines en Algérie, a été publiée sur son compte Facebook par son frère, qui l'a reçue de ses avocats.

Une réponse à une possible grâce présidentielle

Elle apparaît comme une réponse, voire une rebuffade, à l'annonce surprise le 2 juin d'un responsable politique, Sofiane Djilali, selon lequel le président Abdelmadjid Tebboune s'apprêterait à faire libérer prochainement Karim Tabbou et un autre opposant, Samir Benlarbi.

M. Djilali, chef du petit parti d'opposition Jil Jadid ("Nouvelle Génération"), a affirmé que M. Tebboune lui avait assuré qu'il userait de ses "prérogatives constitutionnelles pour que Karim Tabbou et Samir Benlarbi retrouvent leur liberté", après avoir intercédé en leur faveur auprès du chef de l'Etat.

Le porte-parole de M. Tebboune, Belaïd Mohand-Oussaïd, a confirmé le lendemain au quotidien francophone...

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !