Arrivé en quatrième position derrière Michel Barnier, Valérie Pécresse et Éric Ciotti, le président des Hauts-de-France a perdu son pari d'imposer sa candidature à LR. Il devrait quitter la vie politique nationale après la présidentielle.
De l'échappée solitaire au crash : Bertrand plastiqué par Ciotti et Pécresse

Sur la boucle WhatsApp de l’équipe de Xavier Bertrand destinée à la presse, un message lapidaire : « pas de prise de parole, il s’est exprimé sur Twitter, merci. » Quelques mots pour illustrer la chape de plomb tombée sur l’entourage du président des Hauts-de-France, qui a échoué à figurer au second tour du congrès Les Républicains. C'est finalement Éric Ciotti et Valérie Pécresse qui le disputeront de vendredi à samedi. Un échec cuisant pour celui qui, depuis huit mois, misait tout sur sa capacité à s’imposer comme « candidat naturel » de la droite à l’élection présidentielle de 2022. Contraint de revoir brusquement sa stratégie en s’invitant au congrès, Xavier Bertrand s’est pris un mur, en dépit d’une campagne interne où il s’est montré tenace. L’histoire d’un quitte ou double raté.Je remercie les adhérents @lesRepublicains qui m’ont fait confiance.Pour le second tour je voterai @vpecresse et j’appelle au rassemblement derrière elle. #CongrèsLR— Xavier Bertrand (@xavierbertrand) December 2, 2021 En lui accordant seulement 22,36 % des suffrages exprimés, les adhérents de LR l’ont mis dans un mouchoir de poche avec ses concurrents, Michel Barnier (23,93 %), Valérie Pécresse...