Les Afro-Américains ont été les plus frappés par le SARS-CoV-2, mais ce sont les Latinos qui sont les plus affectés par les conséquences économiques de la pandémie.
De la crise sociale à la crise raciale : aux Etats-Unis, le lien n’est pas évident

De la maltraitance raciale à l’injustice sociale envers les Afro-Américains, il est un lien que l’on nouerait rapidement alors que plus de 40 millions d’Américains ont perdu leur emploi depuis le début de la crise due à l’épidémie de Covid-19.

« Un courant souterrain de ces protestations : les Afro-Americains souffrent plus économiquement de cette pandémie », titre le Washington Post. Une évidence, alors que leur revenu annuel médian était, en 2018, de 41 500 dollars, contre 51 400 pour les Hispaniques, 68 000 pour les Blancs et 87 000 dollars pour les Asiatiques ?

La réalité est un peu plus complexe. D’abord, la dynamique récente était plutôt favorable aux Noirs, avec un chômage au plus bas avant la survenue de la crise sanitaire. Selon la Reserve féderale américaine (Fed, banque centrale), le pourcentage de ménages Afro-Américains se disant à l’aise financièrement était passé de 53 % à 65 % entre 2013 et 2019 (contre 65% à 79 % pour les Blancs).

Les premières victimes de la crise due au nouveau coronavirus sont a priori les Latinos : 20 % d’entre eux déclaraient avoir perdu leur emploi fin avril,...

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !