Un tiers des effectifs de l'Inspection générale de la gendarmerie nationale réalise des missions d'expertise dans des domaines aussi variés que les ressources humaines ou la lutte contre les violences faites aux femmes.
De la comptabilité au recrutement, la gendarmerie s’ouvre à la maîtrise du risqueAFP

C’est l’œuvre discrète de l’inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN) qui ne fournira aucun scénario de série télé à succès mais se révèle indispensable à la bonne marche de la gendarmerie. Comment recruter à la veille d’un départ à la retraite massif – près de 50 % des effectifs d’ici 2025 ? Quelles solutions apporter au redéploiement des forces de police et de gendarmerie, un sujet qui empoisonne les relations entre les deux forces de sécurité ? Au sein de l’IGGN, 35 gendarmes planchent sur ces questions pour anticiper les évolutions cruciales et corriger d’éventuelles mauvaises pratiques.

Leurs missions vont de l’enquête sur la consultation des fichiers par leurs collègues jusqu’aux visites des mess, les restaurants de caserne ou d’école de gendarmerie, dont certains peuvent brasser plusieurs millions d’euros. « Tous les aspects sont alors vérifiés : de l’éclairage du quai de déchargement en passant par la comptabilité, les contrats avec les fournisseurs et jusqu’aux mesures d’hygiène en cuisine », explique Philippe Guichard, général commandant la division des audits et expertises...

En participant à notre grand jeu de l'été, remportez des chèques cadeaux d'une valeur de 500 € et un mois gratuit à notre offre de divertissement Hedony !