Le cinéaste met un enfant à naître au cœur de ce long-métrage délicat sur le deuil et la maternité.
Dans « Le Refuge », sur Arte, François Ozon filme des destins cabossés

ARTE - MERCREDI 5 FÉVRIER À 20 H 55 - FILM

Pour la deuxième fois, François Ozon met un enfant au centre de son film. Mais le bébé du Refuge est moins spectaculaire que l’angelot ailé de Ricky (2009). Il est absent de l’image et pourtant dans le champ, porté par sa mère, Mousse, qui attend de le mettre au monde dans une villa de la côte basque.

Mousse, c’est Isabelle Carré. On la découvre en enfant perdue, au milieu d’un grand appartement pas très loin du viaduc de Passy, avec son compagnon, Louis (Melvil Poupaud). Ils attendent la visite de leur dealeur, ce sera la dernière. Quand elle sort de son coma, Mousse apprend qu’elle a perdu Louis, mort d’une overdose, et qu’elle est enceinte de 2 mois.

Ce prologue funèbre, filmé en hiver, s’achève sur une séquence sordide qui oppose la jeune femme à la mère de Louis, désireuse de priver la famille d’une descendance si mal née. L’essentiel du Refuge se passe en été, à Guéthary (Pyrénées-Atlantiques). Paul (Louis-Ronan Choisy), le frère de Louis, apparaît un jour sur le pas de la porte de Mousse, qui ne lui fait pas très bon accueil.

Tranquille méditation

...

Protégez vos proches avec des solutions de Téléassistance !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !