ROYAUME-UNI - Insuffisants mais indispensables au vote de l'accord obtenu par Boris Johnson avec l'Union européenne, jeudi 17 octobre, les unionistes du DUP, pourtant peu nombreux, ont annoncé qu'ils ne voteraient pas avec le Premier ministre conservateur, fragilisant un peu plus les chances d'un Brexit au 31 octobre.
Créationniste, anti-avortement : le DUP, un caillou nord-irlandais dans la chaussure de Boris Johnson

Quand l'ancienne Première ministre britannique Theresa May avait signé un accord s'assurant du soutien du Parti unioniste démocrate nord-irlandais (DUP), la gauche britannique n'était pas loin de parler d'accord avec le diable. Contre l'appui des dix députés de la formation de l'Ulster, l'ex-cheffe du gouvernement britannique avait promis de verser à la province un milliard de livres supplémentaires au cours des dernières années pour y "stimuler l'économie et l'investissement". 

Depuis cet accord de 2017, de l'eau a coulé sous les ponts. A force d'échecs devant ses propositions d'accord de sortie (rejetés notamment par d'intransigeants Brexiters conservateurs... et le DUP), Theresa May a fini par démissionner, en juillet 2019, laissant sa place à l'un de ceux qui s'était employé à torpiller ses efforts, Boris Johnson. Le destin ayant un humour qui siérait fort bien aux Britanniques, l'ex-maire de Londres, grand chantre du Brexit, s'est trouvé lui-même (...)

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !