En première ligne pendant la crise sanitaire, les auxiliaires de vie devraient toucher une prime de 1 000 euros. Nous avons suivi Sarah Lautrette près de Limoges pour mettre en lumière ce métier souvent méconnu.
Covid-19 : le quotidien d’une auxiliaire de vie

Sarah Lautrette, auxiliaire de vie en Haute-Vienne, a travaillé durant tout le confinement et continue cet été. Depuis cinq mois, les gestes barrières, le port du masque, sont devenus un réflexe. "On désinfecte toujours les interrupteurs, les poignets, les portes de frigo". Ménage, courses, préparation des repas... Elle devrait toucher une prime de 1 000 euros pour son travail pendant la crise sanitaire. Les 160 millions débloqués par l'État et les départements sont une première étape "pour revaloriser le métier". "C'est tout au long de l'année qu'il faut être comme ça, pas que parce qu'il y a eu le Covid". Pendant le confinement, plus que jamais, Sarah apportait réconfort et soutien psychologique. Un rôle sous-estimé. "On a été plutôt les oubliés, comme si on n'avait pas eu besoin de nous, alors que tous les jours il fallait être là". En France, 320 000 auxiliaires de vie sont payés au SMIC, souvent pour des temps partiels. Des salaires peu attractifs, des (...)

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !