Penaud, Dupont, Ntamack, Barassi, Bamba.. Ils ont à peine plus de 20 ans et, pour certains, ont été sacrés champions du monde avec les Bleuets. Mais si l'on veut compter sur eux dans quatre ans, leurs clubs devront les préserver.
Coupe du monde de rugby 2019 : chez les Bleus, une génération « pétrie de talent »... pour 2023AFP

Comment songer déjà au prochain Mondial, quand on a tant de mal à accepter de quitter celui en cours ? « C’est trop loin pour qu’on puisse se projeter », répond d’emblée Damian Penaud, qui a changé ses crampons en claquettes. A peine le temps d’encaisser ce quart de finale perdu (19-20) contre les Gallois, dimanche 20 octobre à Oita, que les questions les ramènent pourtant déjà à 2023. L’année de la Coupe du monde suivante, en France, où tous les espoirs se reportent désormais.

Le trois-quarts centre de Clermont a seulement 23 ans. Antoine Dupont et Romain Ntamack, les demis de Toulouse, 22 et 20 ans. « Les jeunes poussent de plus en plus, et forcément les vieux se retrouvent un peu vers la sortie, sourit le Clermontois. Maintenant, à nous d’essayer de redorer ce coq-là dans les années à venir. »

On ne saurait dire quel gallinacé il évoque en particulier, celui de son polo, de son short, de sa veste… Mais on voit bien de quelle génération il veut parler. Une jeune garde « pétrie de talent », pour reprendre le compliment de l’ouvreur Camille Lopez, un trentenaire.

Gagner en constance

Attention,...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !