FOOTBALL – Vainqueur laborieux du Trélissac FC dimanche 6 janvier en 32e de finale de la Coupe de France, l'Olympique de Marseille n'a pas voulu verser sa part de la recette au club amateur, comme le veut pourtant la coutume. Explications.
Coupe de France : pourquoi l’OM a refusé de verser sa part de la recette au club amateur de Trélissac

Dans un football moderne générant toujours plus de profits et engendrant, en conséquence, une pression financière toujours plus grande sur ses acteurs, la Coupe de France, doyenne de nos compétitions nationales, figure une bouffée d’oxygène, voire un anachronisme. Absolument tous les clubs français y prennent part et, quand surviennent les 32es de finale au début de chaque année civile, elle offre des affrontements souvent savoureux entre professionnels et amateurs, représentant, à travers ce choc des deux mondes, l’universalité intemporelle du sport-roi.

Dans cette symbolique, deux traditions ont la vie dure : une haie d’honneur des vainqueurs aux vaincus au coup de sifflet final, puis le versement de la recette du match au club amateur, qui en a forcément plus besoin. C’est à cette dernière coutume qu’a dérogé, dimanche 6 janvier, l’Olympique de Marseille, actuel 2e de Ligue 1 et pénible vainqueur (1-1, 2-4 aux tirs au but) du Trélissac FC, 14e de son groupe de National 2 (la 4e division). Fabrice Faure (...)

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !