Des militaires soudanais ont arrêté lundi 25 octobre les dirigeants civils, notamment le Premier ministre Abdallah Hamdok, car ces derniers ont refusé de soutenir leur putsch, a déclaré le ministère de l'Information. 
Coup d'État au Soudan : le Premier ministre Abdallah Hamdok aux mains des militaires

Putsch au Soudan. Des miliaires ont arrêté le Premier ministre Abdallah Hamdok, ainsi que d’autres ministres, tôt ce lundi 25 octobre. Abdallah Hamdok a été conduit vers « un lieu non identifié », après avoir refusé de soutenir l’action de ces forces armées, a confirmé le ministère de l’Information. Des soldats ont aussi pris d'assaut le siège de la radiotélévision d'État du Soudan, à Omdourman, la ville-jumelle de la capitale Khartoum, uniquement séparée par un pont sur le Nil. Plusieurs employés seraient toujours retenus dans les locaux.La tension était à son comble depuis des semaines entre les militaires et les dirigeants civils, alors que les uns et les autres se partagent le pouvoir depuis 2019, date de la révolte qui a mis fin à la dictature d'Omar el-Béchir.  L’Association des professionnels, l’un des mouvements clé qui a lancé la révolte il y a deux ans, a dénoncé ce qu’il qualifie de « coup d’État militaire ». Les États-Unis, dont l’émissaire américain pour la Corne de l'Afrique, Jeffrey Feltman, avait rencontré la veille le Premier ministre, se sont dits « profondément inquiets ». Cette prise de pouvoir va « à l'encontre de la déclaration constitutionnelle » qui régit...

Retrouvez vos produits et commandez en ligne ! High-Tech, Cuisine & Maison et Bien-être, retrouvez nos offres !