Coronavirus ou pas, la CGT ne change rien

Le monde peut menacer de s’écrouler, la CGT ne change pas. Jour après jour, elle accumule les menaces, promesses de grèves et revendications d’un toujours plus. Il y a dix jours, le syndicat de Philippe Martinez n’avait pas renoncé à son traditionnel préavis de grève dans la fonction publique, pour un mois, excusez du peu. Quant à la liste des revendications, elle s’était bien adaptée, elle, à l’air du temps : droit à l’accumulation de RTT pendant le chômage partiel, heures supp’ prépayées en attendant la sortie du confinement, et prime à tous les fonctionnaires qui télétravaillent. A l’heure où l’Etat est aspiré dans la vrille de l’endettement, on louera cette intelligence des situations.

Après le public, le privé. N’ayant sans doute pas perçu qu’une récession historique menace les entreprises, Philippe Martinez a écrit à Emmanuel Macron pour exiger un relèvement immédiat du smic et de tous les salaires. Parallèlement, son syndicat a appelé les salariés du commerce à faire grève, mercredi, pour protester contre les risques qu’ils encourent à être des heures durant en contact avec le public : « On siffle la fin de...

Vous aussi vous avez un peu de temps devant vous ? Profitez de 30 jours d'essai gratuit à Prime Video pour voir et revoir tous les films et séries préférés.

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !