Cette fois, c'est la filiale sud-africaine du géant du tabac British American Tobacco qui réclame la fin de la mesure.
Coronavirus : en Afrique du Sud, l'interdiction de la cigarette une nouvelle fois en procès

D'un côté il y a la santé publique. Le risque pour les fumeurs de contracter des formes sévères d'insuffisance respiratoire en cas d'atteinte par le coronavirus. Des malades, qui vont occuper des lits en soin intensifs, qu'on pourrait éviter.

De l'autre, il y a un secteur entier de l'économie aujourd'hui à l'arrêt et une contrebande florissante qui profite du bannissement de la vente du tabac.

L'interdiction de la vente des cigarettes est entrée en vigueur le 27 mars en même temps que le strict confinement imposé aux 57 millions de Sud-Africains pour enrayer la propagation du Covid-19. La vente d'alcool était également interdite, puis finalement autorisée, sauf le week-end.

Un allègement des mesures dont n'a pas bénéficié le tabac. Au contraire, la question est devenue centrale, tant lors de procès, qu'à cause de cafouillages des autorités. Ainsi le 23 avril, le président Ramaphosa annonçait la levée de l'interdiction, pour faire machine arrière six jours plus tard, sous la pression semble-t-il des anti-tabac du gouvernement.

L'Association indépendante et équitable du tabac (Fita), qui représente les fabricants de cigarettes, a alors saisi la justice,...

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !