Le ministre français de l'économie et des finances est prêt à voler au secours des grandes entreprises du CAC 40 malmenées en Bourse.
Coronavirus : Bruno Le Maire n’exclut pas des nationalisations

Nationalisation. Le mot n’est pas tabou pour le gouvernement. Mardi 17 mars, Bruno Le Maire, le ministre de l’économie et des finances, a déclaré qu’il était disposé à utiliser « sans aucune hésitation tous les instruments à (…) disposition » pour protéger les entreprises françaises qui seraient déstabilisées par les violentes turbulences boursières : « Cela passe par des recapitalisations, des prises de participation ou même des nationalisations si nécessaire », a-t-il ajouté.

Dans la soirée, le premier ministre, Edouard Philippe, a précisé que l’Etat était prêt à « prendre ses responsabilités en tant qu’actionnaire » vis-à-vis d’Air France-KLM, dont les avions sont immobilisés au sol par la crise du Covid-19. La compagnie affirme disposer d’une trésorerie suffisante après avoir tiré sur ses lignes de crédit. Mais une recapitalisation pourrait être nécessaire par la suite. D’autres secteurs, en outre, sont dans la tourmente comme les centres commerciaux, les services aux entreprises, l’hôtellerie ou le tourisme. En fonction de la durée de la crise, une intervention de l’Etat en capital pourra...

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !