JUSTICE - Quatre jours après que les organisations syndicales ont révélé que la garde des Sceaux souhaite libérer 5.000 détenus en raison de l'épidémie de coronavirus, Nicole Belloubet a donné des précisions ce jeudi matin. Elle a notamment indiqué qu'elle s'opposait à une libération générale des détenus non jugés.
Coronavirus : Belloubet opposée à une libération "générale" des personnes en détention provisoire

La grogne des organisations syndicales ne s'était pas faite attendre. Lundi dernier, à peine terminée leur vision conférence avec la ministre de la Justice, elles avaient indiqué sur les réseaux sociaux : "La Garde des Sceaux va prendre des ordonnances permettant la libération anticipée d’environ 5000 détenus en fin de peine, aménageables. Il faut donc en conclure que les détenus sont davantage en danger dans les détentions plutôt qu’à l’extérieur ???". 

Quatre jours après cette annonce,  la garde des Sceaux Nicole Belloubet a tenu à apporter quelques éclaircissement au sujet de ce dispositif et s'est dite jeudi "opposée" à une mesure "générale" de libération des détenus pas encore jugés pour désengorger les prisons en cas de propagation du coronavirus, alors que ces prévenus représentent le tiers des prisonniers en France.

"Nous procédons, pour des raisons sanitaires, à des libérations anticipées" de personnes (...)

Bien être - Comment bien dormir malgré le confinement ?

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !