L'éditeur demande la mise en place rapide d'un "dispositif de soutien fort" de l'État afin de les aider. Par ailleurs, il prône la réduction du nombre de sorties de livres à la rentrée littéraire et le report de nombreux romans à 2021.
Coronavirus : Antoine Gallimard sonne l'alarme face au risque d'"une vague de faillites" dans l'édition et les librairies

Trois semaines après la mise en sommeil de l'ensemble de l'activité culturelle en France à la suite de l'épidémie provoquée par le coronavirus, l'éditeur Antoine Gallimard sonne l'alarme. Évoquant "une crise très grave", Il a fait savoir vendredi 3 avril qu'il redoutait "une vague de faillites" de librairies et de maisons d'édition et a réclamé, pour tenter de l'éviter, la mise en place rapide d'"un dispositif de soutien fort" de l'État afin de leur apporter de l'aide.

Le ministère de la Culture a annoncé récemment le déblocage de 22 millions d'euros dont 5 millions d'euros pour la filière du livre, "mais ces moyens sont tout à fait insuffisants", a estimé le patron du groupe Madrigall (Gallimard, Flammarion, Casterman...) dans un entretien publié vendredi sur le site de Livres Hebdo. "Il faut un plan d'envergure. Il faut aussi (...) que des délais soient accordés, à l'ensemble des entreprises du secteur, pour le règlement des charges", a-t-il ajouté.

Les libraires, "maillon le plus fragile"

"La librairie est le maillon le plus fragile. Il faut qu'elle ait recours massivement au dispositif Bpi [Banque publique d'investissement, NDLR), c'est vital pour...

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !