Avocat en droit de l'environnement et ancien porte-parole de France Nature Environnement, Arnaud Gossement a lu les propositions qui doivent être soumises au vote de la Convention citoyenne pour le climat. Il se montre très critique sur leur intérêt et leur portée.
Convention citoyenne pour le climat : "La quasi-totalité des sujets qui fâchent a été mise de côté", regrette un avocat spécialiste de l'environnement

La Convention citoyenne pour le climat ne fait pas l'unanimité chez les défenseurs de l'environnement. Critique du dispositif de départ, l'avocat Arnaud Gossement n'est pas du tout convaincu par les mesures sur lesquelles les 150 citoyens tirés au sort doivent se prononcer samedi 20 et dimanche 21 juin. "Ce rapport, il aurait pu avoir pour titre 'Demain, on rase gratis'. C'est une compilation des idées généreuses qui existent depuis 20 ans", estime celui qui a participé au Grenelle de l'environnement en 2007 comme porte-parole du réseau associatif France Nature environnement.

Franceinfo : Quelle a été votre réaction en découvrant ce rapport ?

Arnaud Gossement : J'ai été surpris. J'avais des informations qui me laissaient penser à un rapport plus court. Certains citoyens craignaient qu'un rapport trop long ne permette au gouvernement de piocher. Lorsqu'on élabore deux-trois mesures fortes plutôt que 150, c'est plus facile de les voir reprises sans filtre.

Ma deuxième surprise, c'est le ton. On pouvait s'attendre à un rapport de citoyens. Par bien des aspects, c'est un rapport d'experts : il est évident qu'énormément de propositions n'ont pas été élaborées...

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !