ALERTE - La contrôleure générale des lieux de privation de liberté s'alarme de l'enfermement des patients en psychiatrie "au titre du confinement sanitaire", qui représente des "atteintes graves aux droits fondamentaux des personnes hospitalisées".
Confinement : l'enfermement abusif de patients en psychiatrie dénoncé

Imposé à l'ensemble de la population française du 17 mars au 11 mai, le confinement a visiblement entraîné des dérives. Adeline Hazan, la contrôleure générale des lieux de privation de liberté (CGLPL), a ainsi rappelé qu'il était interdit d'"enfermer des patients en psychiatrie au titre du confinement sanitaire", qui a adressé des recommandations aux hôpitaux psychiatriques après avoir constaté de "graves" abus. Des enfermements parfois illégaux Adeline Hazan a observé des "atteintes graves aux droits fondamentaux des personnes hospitalisées", dont certaines ont été enfermées d'office, lors d'une visite à l'hôpital psychiatrique Roger Prévot de Moisselles, dans le Val-d'Oise, le 18 mai dernier. Dans son rapport, elle regrette que ces abus soient le résultat "d'une confusion entre le régime de l’isolement psychiatrique institué par le code de la santé publique et le confinement sanitaire décidé par les pouvoirs (...)

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !