"Il y a quelques greffiers qui font déjà un travail de permanence mais on ne peut pas leur demander de tous venir au tribunal", explique le secrétaire national du syndicat de la magistrature.
Confinement : des stocks "considérables" d'affaires familiales en attente

La justice tourne au ralenti en cette période de confinement. Les palais de justice sont déserts, ceux qui y travaillent encore se consacrent entièrement à la justice d’urgence et majoritairement pour les affaires pénales. Mais qu’en est-il des procédures au civil ? Entre la grève des avocats cet hiver et la crise sanitaire, les stocks d’affaires en souffrance sont considérables.

Suivez les dernières informations sur l'épidémie dans notre direct

Ce sont les affaires familiales qui sont particulièrement ralenties alors qu'elles représentent 60 % des contentieux civils. Sylvie Gracia le constate, elle est juge des affaires familiales à Créteil. Habituellement, elle rend entre 80 et 90 décisions par mois. Elle est seulement à 20 % de son activité car bien qu’en télétravail, elle est souvent réquisitionnée pour les urgences pénales et les détentions.

Des gardes alternées bloquées

La juge constate que la crise sanitaire crée des situations très difficiles dans certaines familles : "Il y a notamment des personnes qui ont voulu nous saisir parce qu'elles ne voyaient plus leurs enfants, alors que normalement ça devrait être possible, explique Sylvie...

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !