Commission, Parlement européen: on en voit de toutes les couleurs!

La politique est aussi une histoire de chromatisme, rappelait notre chroniqueur Matthias Fekl il y a quelques jours : en Allemagne comme en France, chaque grand parti a toujours été associé à une couleur, et la recomposition à l’œuvre dans les deux pays occasionne de nouveaux mélanges, plus ou moins heureux. C’est aussi vrai à l’échelle européenne, où la montée des forces nationalistes, populistes, centristes et écologistes a mis fin, lors des élections de mai dernier, à la coalition bleue-rose (droite démocrate-chrétienne et gauche sociale-démocrate) majoritaire depuis toujours.

Pas facile de dire quelles couleurs caractérisent désormais les institutions européennes. A première vue, la nouvelle Commission semble ultra-classique, avec une présidente « bleue », Ursula von der Leyen (PPE), et un premier vice-président « rose », Frans Timmermans (S&D). Pourtant, il leur a fallu présenter un programme très « vert » pour être certains d’être investis demain par le Parlement de Strasbourg. Ce sera chose faite... sans l’apport des Verts, qui s’abstiendront. En revanche, il leur faudra l’appoint des députés Renew Europe...

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !