EXPLICATIONS - Que ce soit devant les écoles, dans les tribunaux ou sur les places publiques, des vidéos d'action inédites affluent sur les réseaux sociaux depuis plus d'un mois. De quoi décortiquer, avec le vidéaste de "Nantes révoltée" et une chercheuse, l'impact du "riot porn" sur la mobilisation.
Comment les lancers de robes et les ballets de contestation ont renouvelé l'exercice de la grève

45 jours, sans discontinu, et même pendant les fêtes. Depuis le 5 décembre dernier, manifestants et grévistes se battent contre la réforme des retraites voulue par le gouvernement. Pourtant, malgré cette longévité extraordinaire, le sujet continue de faire la Une de l'actualité. Et pour cause : ce combat a su se renouveler, notamment grâce à des vidéos originales qui accrochaient le regard. C’est le cas, par exemple, des avocats. Mobilisés depuis le 8 janvier, ils ont réussi le pari de faire parler d’eux en retirant leurs robes devant la ministre de la Justice, Nicolle Belloubet. Un geste repris, puis adapté, comme chez les professeurs, qui jettent dorénavant des manuels scolaires, ou les médecins, qui jettent leurs blouses. Ce succès, Ulrike Lune Riboni le justifie par sa portée "symbolique" et donc "visuelle". En se basant sur son étude de la vidéo pendant la révolution tunisienne, cette chercheuse au Centre d’études sur les médias, les technologies et l’internationalisation (CEMTI), un (...)

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !