La célèbre enseigne de grande distribution a annoncé en grande pompe bloquer à 29 centimes d'euros le prix de sa baguette vendue dans ses magasins. Mais comment Leclerc peut-il proposer cette somme dérisoire au vu de la hausse du coût des matières premières, dont le blé ?
Comment Leclerc roule les consommateurs dans la farine avec sa baguette à 29 centimes

Symbole national, la baguette se retrouve depuis quelques jours au cœur d'une bataille qui oppose grande distribution, artisans-boulangers et agriculteurs. Michel-Édouard Leclerc a ouvert les hostilités le 11 janvier en annonçant sur RMC que la marque de grandes surfaces qu'il préside allait bloquer le prix de la baguette de pain à 29 centimes d'euros dans ses magasins « au moins pendant quatre mois ». Accompagnées d'une importante campagne de publicité, les déclarations du patron de Leclerc n'ont pas manqué de déclencher l’ire des artisans boulangers et des producteurs de céréales français.Christiane Lambert, la présidente de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), a ainsi vivement critiqué cette décision dans la foulée sur Twitter. « Combien de boulangers Leclerc va-t-il tuer avec sa baguette d’appel à 29 centimes ? HONTE à lui au moment où les prix des matières premières flambent et où la loi Egalim 2 impose la répercussion ! », a-t-elle écrit en référence à la loi qui vise à fournir une juste rémunération aux agriculteurs. De son côté, dans un communiqué publié dès le lendemain, Intercéréales, l’association interprofessionnelle des céréales, a...