Créée en 2013 après le scandale Cahuzac, la HATVP dispose des déclarations d'intérêts ou de patrimoine de près de 15 000 élus et responsables publics. Avant de nommer le gouvernement, l'exécutif la consulte pour évaluer les "ministrables".
Comment la Haute Autorité pour la transparence de la vie politique contrôle la probité des futurs ministres

Situation fiscale, éventuels conflits d'intérêts... L'entrée d'une personnalité au gouvernement est synonyme d'une série de contrôles, y compris préalables, depuis les affaires Cahuzac et Thévenoud. La nomination du gouvernement de Jean Castex a donc pris quelques jours, le temps de procéder à quelques vérifications concernant les ministres, notamment sous la houlette de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP).

Suivez l'annonce du gouvernement de Jean Castex dans notre direct

Une autorité indépendante

La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique a été créée en 2013 afin de remplacer l'ancienne commission pour la transparence financière de la vie politique, dont les pouvoirs étaient limités. Elle contrôle ainsi activités, intérêts et patrimoine des ministres et des parlementaires, des grands élus et de certains hauts fonctionnaires, en lien avec le fisc. Et elle signale à la justice les éventuels manquements, enrichissements illicites ou intentions frauduleuses. En début d'année, la HATVP expliquait que depuis sa création, elle avait transmis 73 dossiers pour de possibles infractions à la probité.

La Haute...

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !