INDISPENSABLES - Une étude de la Réserve Fédérale américaine a voulu mettre un prix sur les services gratuits que l'on utilise chaque jour. Objectif : chiffrer leur valeur pour le consommateur. Un classement étonnant, qui consacre des services dont nous aurions aujourd'hui bien du mal à nous passer.
Combien faudrait-il vous payer pour abandonner Facebook, Google, WhatsApp et les autres ?

Comment estimer la valeur d'un service gratuit ? C'est la question que les économistes de la Réserve Fédérale de Washington, la banque centrale des États-Unis, ont posé. Une question qui va bien au-delà du simple exercice intellectuel et pourrait permettre de résoudre une équation jusque-là sans réponse.

Ce qui surprend les experts, c'est que les États-Unis connaissent aujourd'hui la plus longue période de croissance de leur histoire, sans que cela ne s'explique par des gains de productivité remarquables ou par une hausse du Produit National Brut hors de l'ordinaire. Pour Jerome Powell, le patron de la "Fed", le problème, c'est que ces chiffres, qui font le compte des ventes de biens et de services, laissent de côté toute la valeur créée par des services gratuits. L'économétrie moderne oublie donc un peu tous les services du numérique qui ont explosé ces vingt dernières années et ont changé nos vies. Pour étayer sa réflexion, la Réserve Fédérale met (...)

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !